Les collectivités locales passent à la saignée

Par

Les 13 milliards d’économies demandés par Emmanuel Macron d’ici à 2022 s’ajoutent aux 10 milliards déjà économisés depuis 2014. Suppression de postes ou de services publics, augmentation des tarifs… les retombées sont multiples pour le citoyen. Résultat, une recentralisation qui ne dit pas son nom.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les Français parlent assez peu de territoire. C’est un mot dont nous parlons mais les Français parlent de leur campagne, de leur montagne, de leur forêt, de la mer, de leur ville, de leur village, de leur plaine, de leur banlieue et de la diversité qui fait leur quotidien. » Après cet élan lyrique, Emmanuel Macron annonçait aux élus de France et de Navarre, lors de la conférence nationale des territoires, le 17 juillet, qu’ils devraient faire 13 milliards d’euros d’économies durant le prochain quinquennat, au titre du « redressement des finances publiques ». Avant de préciser, en septembre, qu’il s’agissait de 13 milliards d’économies non par rapport aux dépenses de 2017, mais par rapport à celles prévues d’ici à 2022.