Après deux mois de grève, les soignantes de Tarbes parviennent à leurs fins

Par

Un protocole d'accord de fin de grève a été validé par les grévistes de la polyclinique de l'Ormeau, à Tarbes. Un dénouement heureux pour un personnel en lutte qui, grâce au soutien de la population, a finalement réussi à convaincre la direction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est finalement la cinquième mouture qui aura été la bonne. Les salarié-e-s (en grande majorité des femmes) de la polyclinique de l'Ormeau à Tarbes (Hautes-Pyrénées) ont voté ce matin à l'unanimité la fin de la grève. Le protocole d'accord met fin à une lutte qui aura duré 64 jours et opposé la direction de la clinique, propriété du groupe MédiPôle Partenaires, lui-même dans les mains d'un fonds d'investissement anglo-saxon, au personnel soignant en lutte pour la revalorisation des salaires et l'amélioration des conditions de travail. Au terme de cet accord, la rémunération annuelle garantie (RAG) passe de 5,7 % à 8,33 % et il est prévu qu'une « prime annuelle pérenne d'un montant de 700 € brut » soit désormais versée à chaque salarié, à temps plein comme à temps partiel.