Caisses d’épargne 5. Un gros risque pour Lagardère

Par
Si le rôle de la Caisse des dépôts a souvent été pointé dans "l'affaire" de portage des titres EADS, celui des Caisses d'épargne, au profit du groupe Lagardère, est rarement évoqué. Il est pourtant très révalateur du "capitalisme de la barbichette" à la française, comme en témoigne le procés-verbal du comité des risques de l'Ecureuil, qui a examiné l'opération et dont Mediapart s'est procuré une copie. Une opération qui a fait perdre près de 50 millions d'euros supplémentaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Du « capitalisme de la barbichette » au « capitalisme de connivence », le système économique français est, de longue date, affublé de nombreux sobriquets. Ceux-ci soulignent souvent un trait distinctif : même s’il s’est converti aux règles anglo-saxonnes, le capitalisme hexagonal est moins transparent que d’autres. Et si c’est le plus souvent le marché qui commande, il reste que la politique génère des interfèrences. Ainsi y-t-il à Paris des banques d’affaires. Mais il y a aussi des « banques d’influence ».