Munoz (Nissan) démissionne en pleine affaire Ghosn

Par
José Munoz, haut dirigeant de Nissan Motor considéré comme un proche de Carlos Ghosn, a démissionné, a déclaré vendredi un porte-parole du groupe dans un courriel adressé à Reuters.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

TOKYO (Reuters) - José Munoz, haut dirigeant de Nissan Motor considéré comme un proche de Carlos Ghosn, a démissionné, a déclaré vendredi un porte-parole du groupe dans un courriel adressé à Reuters.

Cette annonce fait suite à une information de Reuters affirmant que le constructeur japonais s'intéressait à des décisions prises par ce dirigeant aux Etats-Unis dans le cadre d'un élargissement par Nissan de son enquête sur les soupçons de malversation financière qui pèsent sur son ancien président Carlos Ghosn.

José Munoz, 53 ans, avait quitté Toyota pour rejoindre Nissan en 2004. Dans un message posté vendredi sur Linkedin, il se dit prêt à continuer à assister Nissan dans son enquête.

Nissan a élargi son enquête interne à des transactions qui ont eu lieu aux Etats-Unis, en Inde et en Amérique latine, selon des sources proches du dossier.

Les enquêteurs du constructeur passent notamment en revue des décisions prises aux Etats-Unis par José Munoz, qui a dirigé les opérations nord-américaines du groupe entre 2014 et 2018, de mêmes sources.

Nissan avait annoncé la semaine dernière que José Munoz, avait pris un congé pour "lui permettre de soutenir l'entreprise en se concentrant sur des tâches spéciales résultant des événements récents".

L'une des sources a qualifié José Munoz de "personne d'intérêt" de l'enquête, tout en ajoutant qu'il n'était pas facile de dire à ce stade s'il allait être accusé d'actes répréhensibles.

Certaines question posées à José Munoz sont en lien avec les droits des concessionnaires franchisés, selon l'une des sources. D'autres tournent autour des contrats avec des fournisseurs de pièces et des prestataires de services signés par José Munoz.

Carlos Ghosn a déclaré mardi avoir été injustement placé en détention et a clamé son innocence lors sa première apparition publique depuis son arrestation le 19 novembre, à l'occasion d'une audience devant le tribunal du district de Tokyo.

Le parquet de Tokyo a annoncé vendredi que Carlos Ghosn avait été inculpé de deux chefs d'accusation supplémentaires. Son avocat a annoncé avoir déposé une demande de libération sous caution de son client.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale