Elon Musk (Tesla) dément les accusations de la SEC

Par
Elon Musk, l'imprévisible directeur général de Tesla, a démenti lundi les accusations de la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité de régulation de Wall Street, qui accuse le dirigeant d'avoir enfreint les termes de leur arrangement de l'automne dernier en publiant un tweet sur les volumes de production de la société.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SAN FRANCISCO (Reuters) - Elon Musk, l'imprévisible directeur général de Tesla, a démenti lundi les accusations de la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité de régulation de Wall Street, qui accuse le dirigeant d'avoir enfreint les termes de leur arrangement de l'automne dernier en publiant un tweet sur les volumes de production de la société.

Le tweet de Musk, dans lequel il affirme que Tesla va produire environ 500.000 véhicules en 2019, est conforme à la politique de communication de la société, disent les avocats du dirigeant de Tesla dans un document déposé au tribunal fédéral à Manhattan.

La SEC estime que ce tweet du 19 février d'Elon Musk rompt sa promesse faite l'an dernier de ne pas faire de déclarations publiques sans accord préalable de son conseil d'administration.

Une juge fédérale a donné à Musk jusqu'au 11 mars pour infirmer les accusations de la SEC.

Début août, Elon Musk avait annoncé sur Twitter un projet de retrait de la cote de Tesla au prix de 420 dollars par action, avant d'y renoncer quelques semaines plus tard.

C'est cette annonce qui a été à l'origine de l'enquête du gendarme de Wall Street et qui a débouché sur un accord, en vertu duquel Tesla et Musk ont accepté de payer une amende de 20 millions de dollars chacun. Musk a également accepté de se retirer du poste de président de la société pendant trois ans.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale