Hyundai Motor remanie sa direction et promeut un étranger à la R&D

Par
Le conglomérat sud-coréen Hyundai Motor Group a procédé à un remaniement dans sa direction en nommant notamment pour la première fois un étranger à la tête de son pôle recherche et développement (R&D), ravivant l'espoir d'une transition en douceur du pouvoir au sein de cet empire familial.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SEOUL (Reuters) - Le conglomérat sud-coréen Hyundai Motor Group a procédé à un remaniement dans sa direction en nommant notamment pour la première fois un étranger à la tête de son pôle recherche et développement (R&D), ravivant l'espoir d'une transition en douceur du pouvoir au sein de cet empire familial.

Ce remaniement, initialement rapporté mardi par Reuters et confirmé mercredi par Hyundai, s'inscrit dans le cadre de la réforme destinée à assurer la relève générationnelle du deuxième plus grand conglomérat sud-coréen.

L'Allemand Albert Biermann, ancien dirigeant de BMW, a été nommé directeur de la R&D, en remplacement des cadres de longue date, Yang Woong-chul et Kwon Moon-sik. Cette initiative est perçue comme une étape importante pour insuffler de nouvelles idées dans un groupe trop centré sur la Corée.

Au total, 17 dirigeants ont été réaffectés au sein du groupe, notamment chez Hyundai Motor et Kia Motors, qui ensemble forment le cinquième constructeur automobile mondial.

En septembre, Euisun Chung, le fils du patriarche Mong-Koo Chung, âgé de 80 ans, a été promu vice-président exécutif, se rapprochant un peu plus de la présidence du conglomérat.

"Le remaniement indique que Chung junior resserre son emprise sur le conglomérat, une décision qui suscite de l'espoir chez les investisseurs en vue d'un changement", commente Kim Joon-sung, analyste chez Meritz Securities.

En Bourse, l'action Hyundai Motor a gagné 6,28%, tandis que les sociétés affiliées du groupe comme Hyundai Mobis, Hyundai Wia et Hyundai Glovis ont également progressé.

L'action est également soutenue par l'annonce mardi de Hyundai Mobis qui veut multiplier par 13 sa capacité de production de piles à combustible d'ici 2022, principalement utilisées dans les voitures à l'hydrogène.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale