Après la crise, les conflits pour les salaires se multiplient

Par
Le gouvernement annonce une hypothétique prime pour les salariés d'entreprises versant des dividendes. Cela ne suffira sans doute pas. Alors que l'activité repart, que les prix augmentent et que le pouvoir d'achat baisse, les conflits pour les salaires fleurissent dans des entreprises très diverses. Et c'est parti pour durer...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des corbillards défilant dans la ville (photo), les «visages décomposés» de Bordelais médusés... Frank Delbarre n'arrive toujours pas y à croire: la semaine dernière, lui et ses onze collègues d'une des agences girondines de l'enseigne de pompes funèbres Roc' Eclerc ont non seulement lancé la première grève de leur vie, mais ils ont surtout arraché une jolie augmentation, inespérée dans le contexte actuel: 120 euros de plus par mois, +7,2%! Au passage, ils ont obtenu de l'inspection du travail la fermeture des vestiaires, des toilettes et du dépôt insalubre où étaient entreposés les corbillards. «Il fallait que ça pète, le ras-le-bol était général», explique Franck Delbarre, délégué CGT syndiqué depuis un an à peine.