La Commission européenne et son obsession des «réformes structurelles»

Par

Bruxelles a accordé un répit de deux ans à la France pour rentrer dans les clous de Maastricht. Mais la commission insiste désormais sur les « réformes structurelles » à accomplir au plus vite. Retraites, marché du travail, etc. : passage en revue des exigences européennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles