La gauche s'est trompée de diagnostic. Au lendemain des élections municipales de mars dernier, elle a fait grief au gouvernement de préparer en secret un plan d'austérité, pour réduire à marche forcée les déficits publics. Mais c'est en fait le scénario inverse qui se dessine : si des mesures d'économies, parfois même violentes ou socialement inéquitables, sont de proche en proche annoncées, la politique budgétaire française est d'abord inconstante et brouillonne. Elle aborde dans les pires conditions le très fort ralentissement économique généré par le troisième choc pétrolier et la crise financière planétaire.