«Notre cher président nous prend pour des cons»

Par
Deux ans après avoir fermé l'aciérie de Gandrange, ArcelorMittal met en sommeil les deux derniers hauts-fourneaux de Lorraine. En février 2008, Sarkozy était venu en sauveur. Il suscite aujourd'hui un immense rejet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Florange, de notre envoyé spécial.