Portugal: le gouvernement Costa piégé par la crise bancaire

Par

La recapitalisation de la banque publique Caixa Geral de Depósitos, premier établissement financier portugais, tourne à la pantalonnade, le gouvernement Costa ayant accordé aux nouveaux dirigeants des passe-droits jugés inconstitutionnels. Ainsi va la geringonça.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Payé 423 000 euros par an, un salaire hors normes par rapport aux autres « employés » de l’État, premier ministre et président de la République inclus, le nouveau président de la banque publique Caixa Geral de Depósitos (CGD) refuse, avec les autres membres de son équipe dirigeante, de transmettre au tribunal constitutionnel (TC) une déclaration de patrimoine, obligatoire pour tous ceux qui sont investis d’une mission publique de haut niveau. Il justifie ce refus, qui pourrait conduire à l’éviction de l’administration tout juste nommée d’un établissement en grande difficulté, par une exemption sur mesure accordée par le gouvernement de Lisbonne.