Scission du Crédit mutuel: la BCE fait tourner Arkéa en bourrique

Par

La banque Arkéa, qui avait rendez-vous avec la Banque centrale européenne le 13 novembre, espérait obtenir d’elle le verdict final sur son projet de divorce du Crédit mutuel. Espoir déçu : elle va devoir répondre à de nouvelles questions. Le projet d’indépendance apparaît de plus en plus compromis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La banque Arkéa, qui avait rendez-vous avec la Banque centrale européenne (BCE) le 13 novembre, espérait obtenir d’elle le verdict final sur son projet de divorce du Crédit mutuel. Après plus d’un an et demi de confrontations, au cours desquelles la banque dirigée par Jean-Pierre Denis a été pressée par la BCE de fournir sans cesse de nouvelles réponses à ses interrogations, elle pensait désormais que son dossier était au moins complet, et que la BCE allait pouvoir se prononcer, même si les dirigeants ne se montraient guère optimistes.