Victoire temporaire de salariés de la céramique contre un plan social douteux

Par

Depuis mai 2016, 257 salariés d’Allia, fabricant français de céramique sanitaire, étaient menacés par un plan de sauvegarde de l’emploi pavé d’irrégularités, selon ses détracteurs. Ce lundi, ils ont obtenu plusieurs mois de répit alors que leur direction a finalement accepté de remettre en ordre les mandats périmés de certains représentants du personnel. Reportant sine die le plan social.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« On est bien », souffle Me Ralph Blindauer, avocat du comité central d’entreprise (CCE) d’Allia, à l’annonce de la direction, lundi, de mettre en suspens son plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Depuis le mois de mai 2016, 257 salariés travaillaient avec cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête, un an et demi après le rachat de leur entreprise spécialisée dans la confection de pièces de céramique sanitaire par le groupe suisse Geberit, géant du secteur.