Le référendum, arme à double tranchant du dialogue social

Par

Emmanuel Macron a promis d’autoriser les chefs d’entreprise à organiser la consultation de leurs salariés en cas de refus par les syndicats de valider un accord. Depuis un an, ce droit est déjà accordé aux représentants des salariés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Surtout, ne pas écrire le mot qui fâche. Dans le projet de loi qui autorisera le gouvernement à modifier le code du travail par ordonnances, le référendum d’entreprise n’est jamais mentionné explicitement. Tout juste le texte, adopté en première lecture à l'Assemblée jeudi 13 juillet, propose-t-il d’accorder au gouvernement la possibilité de prendre « toute mesure » « facilitant le recours à la consultation des salariés pour valider un accord » au sein de leur entreprise. Mais cette mesure, emblématique des débats qui agitent les champs politiques et syndicaux depuis plusieurs années, est dans toutes les têtes, et a occupé une bonne place dans le débat à l’Assemblée, notamment mardi 11 juillet.