Économie

La papeterie M-Real Alizay sur le point d'être sauvée

Condamnée à la fermeture par le géant finlandais du papier qui refusait de la céder à un repreneur, la papeterie M-Real Alizay, dans l'Eure, devrait redémarrer prochainement. En décembre dernier, le conseil général a racheté le site pour le revendre au groupe thaïlandais Double A. La transaction aura lieu mercredi 23 janvier. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Le 10 décembre dernier, en pleine bataille politique sur la nationalisation temporaire de l’usine sidérurgique Florange, le conseil général de l'Eure, emmené par le député PS Jean-Louis Destans, adoptait en séance plénière à l’unanimité une décision inédite en France : le rachat pour 22 millions d’euros de la papeterie M-Real d'Alizay, à l’arrêt depuis mars 2012.
Dans le brouhaha médiatique, au moment où l’État s’avouait impuissant face au magnat Mittal, une collectivité territoriale prouvait qu’elle pouvait jouer un rôle pour sauver l’emploi local et l’usine, fleuron du coin. Rentable, dotée de l’une des plus belles machines à papier d’Europe, la papeterie d’Alizay était condamnée à devenir une friche industrielle car M-Real, son propriétaire, le géant finlandais du papier, un consortium d’actionnaires, refusait de vendre locaux et machines à un concurrent. Un séisme social dans la vallée de l’Andelle sinistrée par le chômage.
C’est d’ailleurs ici que François Hollande, alors candidat à la présidentielle, s’était engagé le 15 février 2012, en cas d’élection, à faire voter au plus vite une loi obligeant un industriel souhaitant fermer un site rentable à le céder à un éventuel repreneur. Aujourd’hui, l’Élysée et Matignon freinent des quatre fers (lire notre article à ce sujet).
La « départementalisation » de l’usine M-Real, fruit de l’action concertée des politiques locaux, du préfet et de l’intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC) réunis depuis le printemps dans un comité de réindustrialisation, est momentanée. La collectivité joue l’intermédiaire. Elle rachète le site pour le revendre dans un second temps aux repreneurs, le thaïlandais Double A et Neoen (filiale de Direct Energie), candidats à la reprise du site. Les deux entreprises s’allient pour transformer le site autour d’un projet mêlant production de papier et production d’énergie.
La transaction devrait être finalisée cette semaine. Après une signature de principe vendredi 18 janvier et une délibération du Conseil général de l'Eure ce lundi 21, le groupe thaïlandais Double A doit signer l’accord définitif de reprise de la papeterie mercredi 23 janvier, sur le site de M-Real Alizay, en présence du ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg. Double A, qui veut conquérir le marché européen du papier de qualité supérieure, ne rachète finalement que les trois quarts du site, pour 18 millions d’euros, pour un redémarrage de l'activité au plus tôt. Neoen, faute de terrain d'entente, n'est plus de la partie et le projet de centrale biomasse, qui devait relancer la filière bois, a été remis à plus tard.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Extrême droite — Enquête
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Europe — Reportage
par Ellen Salvi
International — Enquête
par Yann Philippin
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Santé
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Blanquer, l’école à la renverse
Profs, élus, ils bricolent pour faire tenir l’école en temps de pandémie
Parmi les ressorts de la colère contre le ministre de l’éducation nationale, l’impression de devoir composer depuis des mois avec des bouts de ficelle arrive en bonne place. Pour pallier les manques et retards de l’État, enseignants et élus locaux se mobilisent comme ils peuvent.
par Mathilde Goanec
Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik