BCE: le débat interdit sur les dettes européennes

Par

Au nom des traités, de sa mission, la BCE se refuse à engager la moindre discussion sur l’annulation de la dette, demandée par des responsables de l’Europe du Sud. Mais l’effondrement économique provoqué par la pandémie et les fractures de la zone euro deviennent si profonds qu’elle ne pourra longtemps ignorer le sujet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Laissez tomber les discussions sur les annulations de la dette. » À la mi-décembre, l’économiste allemande Isabel Schnabel, qui siège au conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a fini par s’énerver sur Twitter. La discussion d’une possible annulation d’une partie des dettes nationales des membres de la zone euro par l’institution monétaire européenne prenait par trop d’ampleur, selon elle. « Ce débat est dangereux et doit être arrêté », intimait-elle.