Le Foll dément toute privatisation de l'aéroport de Nice

Par

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a assuré qu'il n'y avait « pas de privatisation » de l'aéroport de Nice, même si des investisseurs privés doivent entrer au capital de la société gestionnaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a assuré aujourd'hui qu'il n'y avait « pas de privatisation » de l'aéroport de Nice, au lendemain d'un référendum organisé par Christian Estrosi pour dénoncer le transfert au privé de la majorité du capital de la société gérant l'infrastructure. Le ministre était interrogé par France Info sur cette « consultation populaire » organisée par le député et maire UMP qui a rassemblé la veille 36 192 électeurs (16,71 %), dont 97,4 % ont dit non. La question posée était : « Êtes-vous favorable à la privatisation de l'aéroport Nice Côte d'Azur ? »

L'article 49 du projet de loi Macron autorise le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société gérant l'aéroport de Nice. Infrastructures aéroportuaires et foncier demeureront toutefois propriété de l’État, qui devra approuver chaque année les tarifs des redevances d'aéroport. Pour Stéphane Le Foll, l'entrée de capitaux étrangers « ne change pas, au bout, la maîtrise de l'outil public qu'est celui d'un aéroport. C'est permettre à des investisseurs de financer et d'investir pour développer ».