Pour la Banque centrale européenne, le changement climatique est un risque systémique

Par

Dans la plus grande discrétion, la BCE a publié le 18 mars les premiers résultats de son enquête sur les risques climatiques, demandant que le secteur bancaire et financier modifie rapidement ses pratiques d’investissement. Un exode financier se chiffrant en milliers de milliards se prépare.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est par un discret billet de blog que la Banque centrale européenne (BCE) a amorcé une quasi-révolution, tant les implications politiques, financières et économiques des changements annoncés sont immenses. Le 18 mars, le vice-président de l’institution monétaire, Luis de Guindos, a publié les premiers résultats d’une enquête, qui doit être achevée à l’été, lancée auprès de 4 000 entreprises mondiales et 2 000 banques sur le changement climatique. Et les premières conclusions de la BCE données sont sans appel : « Le changement climatique est une source de risque systémique. »