Le chantier miné du renfort de la zone euro

Par

Après la claque de l'accord grec, les débats sur l'architecture de l'UE, pour consolider la zone euro, repartent de plus belle. De quoi parle-t-on ? De règles budgétaires renforcées ou de garanties pour une Europe sociale ? Certains s'inquiètent déjà du manque de légitimité démocratique de ces projets complexes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Bruxelles.- Leurs analyses sont diamétralement opposées. Mais l'accord tombé le 13 juillet, en vue d'un troisième plan d'« aide » à la Grèce, les a confortés, chacun à leur manière, dans leurs convictions. Les tenants d'une sortie de l'euro ont vu dans cette « mise sous tutelle » d'Athènes la démonstration éclatante qu'il est tout simplement impossible de mener en Europe une politique alternative, ancrée à gauche (on se reportera par exemple, du côté des économistes critiques, à ce post de Frédéric Lordon ou à cette intervention de Cédric Durand sur notre plateau).

D'autres, qui continuent de croire malgré tout en l'Union européenne (UE), ont redoublé d'efforts pour en appeler à davantage d'intégration en Europe. Lutter contre l'« incomplétude » de la zone euro serait, à leurs yeux, la condition de sa survie. À Bruxelles, le débat bat son plein depuis le début de la crise en 2008, sur l'architecture idéale de l'union monétaire. Mais ces discussions restaient confidentielles et techniques, entre experts du « saut fédéral » et professionnels de la bulle bruxelloise, souvent loin des préoccupations des citoyens.