Vivendi fait toujours le forcing pour entrer au CA d’Ubisoft

Par

Une assemblée générale à hauts risques se tient aujourd’hui pour l'éditeur de jeux vidéo français. Si un siège au conseil d'administration paraît difficilement gagnable pour Vivendi, tous les yeux sont tournés vers l'intéressement des salariés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'éditeur de jeux vidéo réunit ses actionnaires vendredi 22 septembre sur fond de conflit avec son premier actionnaire, Vivendi. Depuis que le groupe de Vincent Bolloré est entré dans le capital de la pépite française du gaming fin 2015, le PDG et fondateur, Yves Guillemot, est en guerre ouverte avec le groupe de médias qui a fait le forcing pour se faire une place au sein du groupe. Avec désormais 26,6 % du capital, Vivendi estime avoir droit à un siège au conseil d'administration. Mais le management répond niet depuis l'assemblée générale de septembre 2016, avec le soutien des actionnaires minoritaires.