Figurantes de clips : les précaires du rap français

Elles ont tourné avec des stars comme Booba, Niska, Guy2Bezbar, Gims ou encore Gazo. Mais pour Ruby, Shayna, Gabie, Olivia ou Lihliaa, modèles vues des millions de fois dans des vidéos où la démonstration de richesse fait partie des codes, l’argent est très loin de couler à flots.

Anissa Rami (Bondy Blog)

23 juillet 2022 à 18h23

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Figurantes de clips, elles sont à la fois les plus visibles, et les plus anonymes du rap français. Leurs noms ne figurent nulle part, ni dans les crédits des clips, ni sur les pages Instagram des agences de modèles. Derrière ces vidéos, 1001 histoires de femmes : mère de famille, esthéticienne, danseuse hip-hop, étudiante, gogo danseuse… La plupart du temps, leur présence n’est abordée que pour questionner ou critiquer leurs tenues, l’hypersexualisation des clips, le sexisme de textes parfois dégradants. Mais rarement au regard des conditions de travail et de rémunération de femmes qui ont, pour certaines, l’espoir de percer dans le cinéma ou la musique. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal