Natixis: après le camouflet de l’AMF, celui de la justice

Par

Déjà condamnée par l’Autorité des marchés financiers à une amende de 35 millions d’euros, la société Natixis Asset Management vient de l’être par le conseil des prud’hommes : le directeur des risques, qui s’était dressé contre de graves irrégularités, obtient l’annulation de son licenciement et sa réintégration. C’est un camouflet pour François Pérol et une victoire pour la presse indépendante.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un réel camouflet pour Natixis et sa maison mère, la banque BPCE, présidée par François Pérol : leur filiale, la société Natixis Asset Management, a été condamnée lundi par le conseil des prud’hommes : le directeur des risques, qui s’était dressé contre de graves irrégularités, obtient l’annulation de son licenciement et sa réintégration au sein de la société. C’est aussi un camouflet pour François Pérol et une victoire pour la presse indépendante.