Le gouvernement espagnol sur tous les fronts

Par

En urgence, le gouvernement consent une augmentation de capital de 19 milliards d’euros pour éviter l’écroulement de la quatrième banque espagnole, Bankia. Mais la Catalogne, la région la plus riche du pays, demande aussi du secours : elle ne peut honorer le paiement de 13 milliards d’euros de dettes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce vendredi 25 mai est une journée à 30 milliards d’euros pour le gouvernement espagnol. Les feux de détresse s’allument de tous côtés.  D’abord du côté bancaire. Comme il l’avait laissé entendre, le gouvernement espagnol est obligé de voler au secours de la banque espagnole  Bankia, née de la fusion de sept caisses d’épargne en difficulté. Le ministre des finances, Luis de Guindos, avait annoncé que l’Etat serait sans doute obligé de la recapitaliser à hauteur de 15 milliards d’euros, compte tenu des graves difficultés rencontrées par la banque. Finalement, ce sera de 19 milliards d’euros, annonce le Financial Times.