Parachutes dorés: une réforme en trompe-l'œil

Par
La crise financière a fait une victime expiatoire: les parachutes dorés. Le président de la République devrait annoncer sa volonté de les voir supprimer. Et le Medef se dit favorable à leur disparition. Pas question, en revanche, de toucher aux autres modes de rémunérations – bonus, stock-options, retraites-chapeau et autres –, ni même à la fiscalité. Sans réforme globale de l'ensemble de ces rémunérations, une suppression de ces parachutes serait cependant sans effet.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce devrait être un des axes forts de l'intervention de Nicolas Sarkozy, ce jeudi : les parachutes dorés, ces indemnités spectaculaires accordées aux PDG renvoyés ou sur le départ, devraient être supprimés. Dès lundi, à la tribune de l'ONU, le président de la République avait laissé entendre qu'il souhaitait prendre cette mesure, insistant sur le fait que les responsables devaient assumer leurs actes et payer leurs erreurs. Ce matin sur France Inter, la présidente du Medef, Laurence Parisot, qui a rencontré le chef de l'Etat hier, reprenait le sujet. A son tour, elle s'est déclarée favorable à la suppression des parachutes dorés pour les PDG qui ont échoué. Une commission du Medef, chargée depuis le printemps de réfléchir sur ce thème, devrait dans les prochains jours remettre ses conclusions. Elle devrait se prononcer aussi dans le sens de la suppression des parachutes dorés, en cas d'échec de gestion.