Une guerre interne dévoile les étranges méthodes de la CGT des hôtels parisiens

Par

Les actuels dirigeants de la CGT HPE viennent de voir leurs décisions de toute l’année suspendues par la justice. Une partie des militants critique la collecte systématique de « dons » auprès des salariés défendus par le syndicat aux prud’hommes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rien ne viendra perturber sa sérénité apparente ni son militantisme. Jeudi 24 décembre dans la matinée, Claude Lévy, 61 ans, figure de la CGT dans le secteur de l’hôtellerie, préparait le « réveillon des luttes » qu’il organisait le soir même au côté de la vingtaine de femmes de chambre de l’hôtel parisien Ibis Batignolles qui poursuivent la grève lancée il y a 17 mois pour protester contre leurs conditions de travail. À son initiative, ces grévistes viennent d’attaquer le groupe Accor pour dénoncer « la sous-traitance de la discrimination ».