Les paradis fiscaux restent au centre des activités bancaires européennes

Par

En 2015, les vingt premières banques européennes ont réalisé 26 % de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux. Le dernier rapport de l’ONG Oxfam, qui reprend les données des établissements pays par pays, prouve combien les territoires au cœur de l’évasion fiscale – surtout en Europe – continuent à jouer un rôle central dans les activités bancaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il n’y a pas à dire, les salariés des banques européennes employés dans les paradis fiscaux sont les plus productifs du monde ! Plus de 6 millions d’euros de bénéfices par employé aux îles Caïmans ; 4,1 millions de profits par salarié à Curaçao ; 454 000 euros au Luxembourg ; 409 000 euros pour le salarié en Irlande… Par comparaison, la moyenne des bénéfices réalisés par les vingt premières banques européennes s’élève à 29 000 euros par salarié. À eux seuls, ces chiffres signalent les distorsions majeures créées par les paradis fiscaux dans le système financier international. Ces territoires représentant moins de 1 % de la population mondiale parviennent à en réaliser plus de 5 % du PIB.