L'entraide fiscale franco-suisse est au point mort

Par

Dans le sillage de l’affaire Cahuzac, il ne se passe pas une semaine sans que soit évoqué le piteux bilan de la coopération fiscale entre Paris et Berne. Paris s'exaspère des lenteurs et du formalisme juridique helvétique en matière d'entraide fiscale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Genève, de notre correspondante