BNP Paribas est-il trop grand?

Par
La France a-t-elle les moyens de se payer des géants bancaires? Cette question n'est jamais évoquée en France. Le système est pourtant si concentré qu'il représente un réel risque systémique. Mediapart publie un document interne de BNP Paribas soulignant l'ampleur des enjeux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On l'ignore bien souvent: la plus grande banque du monde n'est pas américaine. Ni même britannique, chinoise ou suisse. Non, la plus grande banque du monde est française. Elle s'appelle BNP Paribas.
Depuis la fusion de la BNP avec Paribas en 1999, la banque n'a cessé de grandir, d'étendre ses réseaux partout dans le monde. En dix ans, elle a dépensé 43 milliards d'euros dans des acquisitions pour grossir encore et toujours. Même la crise ne l'a pas arrêtée. Au plus fort de la tourmente financière, elle a repris à prix cassé le groupe belge Fortis. En trois ans, ses actifs ont encore augmenté de 34% pour atteindre 2.200 milliards d'euros, soit l'équivalent de la Banque de Chine et la Société générale réunies. Mais BNP Paribas n'affiche que 60 milliards d'euros de fonds propres. C'est peu par rapport à ses engagements.