Jeunesse et sport, des agents en plein désarroi

Par

Esquintés par la décentralisation, les agents de la jeunesse et des sports demandent des comptes à leur ministère, l’accusant même de laisser faire une « organisation harcelante », selon les syndicats. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Baisse des effectifs, manque de moyens, remise en cause de leur rôle sur le terrain, le constat de l’intersyndicale du ministère de la jeunesse et des sports est banal, il est même duplicable à l’envi dans presque toute la fonction publique. Mais ces agents vont mal alors même que le gouvernement n’a cessé, depuis trois ans, d’en appeler à une mobilisation générale pour la jeunesse, sur le front de l’emploi, comme sur celui de l’engagement civique, associatif ou dans l’éducation populaire. Une ambition répétée après les attentats de janvier à Paris. La mise en branle de ces dispositifs dépend néanmoins de l’État et de ses petites mains, bien en peine aujourd’hui pour assumer leurs missions.