mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Mediapart ven. 6 mai 2016 6/5/2016 Édition du matin

Vinci écarte un dirigeant trop bavard au Cambodge

1 février 2013 | Par Jade Lindgaard

Un cadre dirigeant qui dénonçait des écarts de Vinci dans les concessions d’aéroports au Cambodge vient de se faire licencier. Loin des regards français, l’exploitation des aérogares de Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville représente un enjeu économique majeur pour Vinci Airports, la filiale aéroportuaire du groupe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que se passe-t-il à l’aéroport international de Phnom Penh ? Depuis novembre dernier l’aérogare vit au rythme du différend qui oppose son ex-secrétaire général et directeur des ressources humaines, Philippe Laurent, à son employeur Cambodia Airports. Ce conflit du travail n’agiterait que la communauté des expatriés français si le concessionnaire du site n’était le groupe Vinci, n°2 mondial du BTP (37 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011).