Nucléaire: EDF avoue à son tour ses déboires avec l'EPR

Par
L'électricien a reconnu qu'il ne pourrait réaliser le chantier du nouveau réacteur nucléaire à Flamanville ni dans les temps ni pour le montant prévu au départ. Areva revoit le montant de ses provisions en Finlande pour le porter à 2,6 milliards d'euros. A demi-mot, le rapport Roussely prône une remise à plat complète de l'EPR. Ces aveux confirment l'ampleur de la crise: la filière nucléaire française est en échec.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'aveu en a finalement été fait. Comme en Finlande, l'EPR français de Flamanville (Manche) ne pourra être réalisé ni dans le calendrier ni dans l'enveloppe financière prévus au départ. En présentant ses résultats semestriels ce vendredi, EDF a reconnu que son chantier ne serait pas terminé avant 2014 au lieu de 2012. Le coût total du réacteur de troisième génération est désormais évalué à 5 milliards d'euros contre 4 milliards précédemment.