Radiographie d’un pays au bord de l’exaspération sociale

Par
Une rafale d'études économiques récentes dressent le portrait d'une France au bord de l'exaspération sociale. Croissance anémiée, chômage record, emploi précaire, salaires ridiculement bas: on prend la mesure d'une souffrance sociale que les projets du gouvernement risquent d'accentuer. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministre du budget n'a pas pu s'en empêcher. Alors que l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) avait prévu de rendre public ce jeudi 30 septembre à 22 heures un nouveau «point de conjoncture», François Baroin a rompu l'embargo entourant le document et révélé dès le matin l'une des informations qu'il contient: l'Insee a relevé à la hausse sa prévision de croissance pour 2010, la portant à +1,6% contre une évaluation de +1,4% au printemps. Ce faisant, le ministre a commis une double faute: il a violé sans vergogne les règles qui encadrent la production statistique en Europe. Mais surtout, il a tenté d'accréditer l'idée que l'économie française se portait mieux, alors qu'une rafale d'études récentes attestent exactement du contraire: minée par des fractures économiques et sociales de plus en plus graves, la France est au bord de l'exaspération sociale.