Plans sociaux: le Covid comme alibi

Par

Prétextant de la pandémie, de grands groupes annoncent des plans sociaux massifs, qui permettent souvent de cacher des erreurs ou des crises de direction. Ces restructurations viennent mettre à mal le « nouveau contrat social » invoqué par le gouvernement dans le cadre de la loi Pacte : à la fin, c’est toujours le capital qui parle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour les grands groupes, il n’est manifestement plus question de prendre des gants. Danone, Total, Vallourec, IBM… : les annonces des plans sociaux, de suppressions d’emplois, de fermetures d’usines s’enchaînent, ces derniers jours. Dans ce moment de pandémie et de confinement, où l’urgence économique et sociale est partout, ces restructurations massives finissent par se noyer dans la masse. Selon notre carte des plans sociaux, à la date du 30 novembre, au moins 72 784 emplois sont condamnés et menacés. Toute la France est concernée.