En Normandie, derrière le cinéma, la réalité des modèles agricoles est mise à nu

Par Caroline Trouillet

Dans le film Normandie nue, sorti le 9 janvier, le monde agricole est projeté au cinéma sous un angle burlesque. En réponse à la crise de l’élevage, les paysans, au-delà des conflits qui les opposent, ont ainsi posé nus, face aux caméras. Revue de portraits de figurants aux soucis bien réels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Orne, envoyée spéciale.– Didier Roguet descend avec hâte de son tracteur après avoir parcouru ses prés à la recherche de « la blonde » qu’il n’a pas vue depuis trop longtemps parmi son troupeau de 230 vaches. Un journaliste de BFMTV l’attend déjà dans sa cour. Ce n’est pas le premier média qui défile dans sa ferme depuis la sortie, le 9 janvier, du film Normandie nue. L'éleveur a joué dans le film son propre rôle avec d’autres agriculteurs du Perche.