49-3: les oppositions ripostent à coups de motions de censure

Par et

Les Républicains et la gauche ont déposé, chacun de son côté, une motion de censure après l’annonce par le premier ministre du recours au 49-3 pour imposer sa réforme des retraites. Une démarche symbolique, les parlementaires d’opposition n’étant pas assez nombreux pour faire tomber le gouvernement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les oppositions le redoutaient depuis des jours ; elles n’ont pas attendu les 24 heures règlementaires pour dégainer leur motion de censure. Samedi, aussitôt après l’annonce par le premier ministre du recours au 49-3, deux textes, l’un émanant de la droite, l’autre de la gauche, sont arrivés sur la table du secrétariat général du Palais-Bourbon. C’est la troisième fois, depuis le début du quinquennat, que les députés déposent une motion de censure : ils y avaient déjà eu recours lors de l’affaire Benalla, en juillet 2018, puis au mois de décembre, au moment de la mobilisation des « gilets jaunes ». À l’hiver 2018, la droite avait néanmoins refusé de se joindre à la démarche de la gauche.