La fuite en avant économique de François Hollande

François Hollande a fixé pour Manuel Valls un cap économique nettement ancré à droite. Multipliant les annonces d'inspiration néolibérale, le chef de l'État se garde de préciser s'il va durcir ou non le plan d'austérité ou laisser un peu filer les déficits publics.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Au lendemain de la déroute des élections municipales, c’est une stratégie de fuite en avant qu’a choisie François Hollande. Tout le confirme. D’abord le choix de Manuel Valls, lui qui incarne l’aile la plus droitière et la plus sécuritaire du Parti socialiste – mais aussi la plus minoritaire. Ensuite dans le choix de la feuille de route plus que jamais néolibérale qu’il lui a assignée dans la conduite de la politique économique et sociale.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal