Pénalités de campagne : les juges placent Sarkozy sous le statut de « témoin assisté »

Par

Nicolas Sarkozy est sorti du bureau des juges, mercredi 1er avril, sans mise en examen. Mais il se retrouve placé sous le statut de « témoin assisté » dans l'affaire dite des « pénalités », où l'ex-trésorière du parti et Jean-François Copé sont, eux, mis en examen. En 2013, après le rejet de son compte de campagne, il avait fait payer par l'UMP ses propres sanctions financières.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour cette fois, il a évité la mise en examen. À l’issue de son interrogatoire dans l’affaire dite « des pénalités », Nicolas Sarkozy est ressorti du tribunal de grande instance de Paris avec le statut de « témoin assisté », mercredi 1er avril. À ce stade, les juges chargés d’instruire sur des soupçons d’« abus de confiance », de « complicité » et de « recel », estiment qu’il existe « des indices rendant vraisemblable » que l’ancien chef d’État ait commis une infraction, mais pas d’« indices graves ou concordants ».