A Reims, le 1er Mai en solo des «réformistes»

Par

Devant près de 300 militants, dans le froid et sous le crachin sur la pelouse d'un terrain de sport de la banlieue de Reims, la CFDT, l'Unsa et la CFTC ont fêté le travail en appelant à « un bloc réformiste » et en défendant l'accord sur l'emploi. Mais dans la foule, le cœur n'y était pas forcément.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'était il y a trois semaines. Jérôme Dupont, secrétaire de l'union régionale CFDT de Champagne-Ardenne, reçoit un coup de fil de Paris qui ne lui laisse guère le choix : « Le 1er Mai, on vient fêter le travail chez toi avec la CFTC et l'Unsa. Tu nous organises un meeting en plein air ? » C'est tout à la fois une surprise et une fierté d'être choisi par sa confédération. Le jeune patron de l'union régionale CFDT Champagne-Ardenne (34 ans), ancien fonctionnaire à La Poste, s'exécute en stressant : « On n'y arrivera jamais, on n'est pas prêts. »