1er Mai du FN : les ratés de Marine Le Pen

Par

Évacuation violente des Femen, agression de journalistes de Canal Plus et France 5, irruption de Jean-Marie Le Pen sur scène. Lors du traditionnel défilé du FN, vendredi, Marine Le Pen a été rattrapée par un héritage du Front national qu'elle n'a jamais condamné.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un coup d'arrêt dans la communication de Marine Le Pen. Le traditionnel défilé du FN en l'honneur de Jeanne d'Arc, ce vendredi, devait être « un 1er Mai qui met en première ligne les élus du Front national » et souligne les bons résultats électoraux du parti, pour faire oublier la crise familiale et les déboires judiciaires de Jean-Marie Le Pen. Mais il a été marqué par plusieurs incidents qui entravent la « dédiabolisation » que veut afficher sa présidente, et par une foule clairsemée. Quelque 3 500 à 4 000 personnes ont défilé cette année, des chiffres bien inférieurs aux défilés précédents comme l'a relevé l'AFP.