A Saint-Etienne: «Il nous manque clairement une victoire»

Par

C’est un 1er Mai un peu spécial, enchâssé dans la mobilisation des cheminots, la colère des hospitaliers, l’inquiétude de la fonction publique, et bousculé par des appels de plus en plus pressants des politiques à gauche à « déborder Macron ». À Saint-Étienne, ancienne ville minière dans la Loire, syndicats et militants ont le sentiment d’être « face à un tournant » du mouvement social. Reportage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur le fronton de la bourse du travail à Saint-Étienne s’étale la devise nationale, revisitée : liberté, égalité, solidarité et justice. La militante de La France insoumise qui nous signale cette singularité, à quelques minutes du début du rassemblement du 1er Mai, n’est pas la première… À Saint-Étienne, ancienne ville minière, bastion ouvrier du siècle dernier, le combat pour plus de justice sociale et l’antiracisme continuent d’être des sources indéfectibles de fierté.