Pendant les européennes, les travaux continuent au NPA

Par
Le parti d'Olivier Besancenot est en forte concurrence avec le Front de gauche lors de cette campagne européenne. Mais le verdict électoral n'apparaît pas comme une priorité. L'heure semble davantage à la construction des fondements du parti. Apparition d'une tendance minoritaire, définition des relations avec les syndicats, démocratie interne, création d'un club de réflexion... Avec un enjeu central: faire coexister des cultures militantes diverses.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le chantier du nouveau parti anticapitaliste ne passe pas forcément par les élections européennes. Dans cette campagne électorale, le NPA se fait discret et voit son leadership à la gauche du PS contesté par le Front de gauche. Olivier Besancenot se fait prendre à partie par un militant socialiste (un comble, si l'on garde en mémoire les interpellations dans les manifs depuis une quinzaine d'années), puis botte en touche quand on l'interroge sur son programme européen. L'aura médiatique n'accompagne déjà plus le parti créé il y a quatre mois tout juste.