Opération mains propres à Drouot et dans le marché de l'art

Par

Déjà 39 mises en examen dans l'affaire de trafic d'objets volés à l'Hôtel des ventes parisien! Après les «cols rouges» soupçonnés de vol, voici le tour des commissaires-priseurs qui ont revendu les objets litigieux. Une réforme de Drouot est imminente. Nos informations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ouverte fin 2009, l'information judiciaire sur le vaste trafic d'objets volés et revendus à l'Hôtel Drouot prend des proportions considérables. Selon des informations obtenues par Mediapart, pas moins de 39 mises en examen ont, à ce jour, été prononcées dans ce dossier par les juges d'instruction Jean-Louis Periès et Alain Philibeaux, du tribunal de grande instance de Paris. Et rien n'indique que les deux magistrats s'arrêteront là. Leur dossier prend, au contraire, des allures de véritable opération « mains propres » au sein du marché de l'art et de l'objet ancien.