En Vendée, la digue associative risque de céder

Par Pierre-Yves Bulteau

En miroir du secteur sanitaire, le médico-social privé non lucratif a joué son rôle de rempart face à la crise. Une mission de protection qui pourrait vaciller en cas de deuxième vague. Exemple avec le tissu associatif vendéen, inquiet dans l’ombre de l’agitation médiatico-politique autour du Puy du Fou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Ils veulent nous euthanasier ! » La sortie a de quoi surprendre. Elle est signée Philippe de Villiers. Avec ce tweet, décoché le 14 mai dernier, l’ancien président du conseil général de la Vendée et créateur du Puy du Fou a réussi son coup. Faire avaler « sa pomme de discorde » au couple de l’exécutif et obtenir la réouverture de son parc à thèmes, le 2 juin.