Notre-Dame-des-Landes: les risques de l'évacuation

La volonté politique martelée par le gouvernement d’évacuer la ZAD risque d’être longue à traduire dans les faits. Le souci affiché par Manuel Valls de respecter les procédures européennes n’est pas compatible avec le calendrier d’une intervention cet automne.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le gouvernement va-t-il évacuer la ZAD de Notre-Dame-des-Landes par la force ? Officiellement, ce n’est plus une question mais une affirmation. Les « personnes qui occupent illégalement le site du nouvel aéroport devront partir d’ici le début des travaux », a affirmé Manuel Valls dans un communiqué dimanche 26 juin. Mercredi, lors des questions au gouvernement, il a rappelé que le chantier devrait démarrer « cet automne ».
En réalité, la situation n’est pas si simple. Après la mort de Rémi Fraisse, tué par un gendarme lors d’un rassemblement contre le barrage de Sivens sur la ZAD du Testet (Tarn) en octobre 2014, la crainte d’un nouveau mort est dans tous les esprits. En 2012, d’octobre à novembre, l’opération César 44 a échoué à expulser la zone après des semaines de courses-poursuites et d’affrontements dans la boue du bocage. L’État mobilise alors quatre compagnies de CRS (320 hommes) et plus de dix escadrons de gendarmerie mobile (plus de 730 militaires). Mais pour certaines journées d’action, les effectifs sont doublés : jusqu’à 2 200 hommes lors des expulsions des maisons occupées, avait déclaré le syndicat de police Unité-SGP. Selon le ministère de l’Intérieur, plus de 500 gendarmes mobiles et CRS ont pu participer simultanément aux opérations. Selon Le Télégramme, l’opération avait coûté plus d’un million d’euros pour les seuls frais des CRS affectés à la mission Notre-Dame-des-Landes (hébergement, restauration, transport, indemnités de déplacement et heures supplémentaires). Unité-SGP avait dénoncé les conditions d’intervention et la « gestion au coup par coup » sur sa page Facebook.
Cette fois-ci, combien de personnel faudrait-il mobiliser ? Au moins 2 500 hommes, a déclaré Bruno Retailleau, le président (LR) de la région Pays de la Loire, qui a déroulé une partie de sa campagne l’année dernière sur l’expulsion de la ZAD. Officiellement, personne ne confirme ce chiffre. Selon Frédéric Le Louette, président de GENDXXI, association professionnelle nationale de militaires, lui-même gendarme mobile, « il faudra des moyens considérables : de nombreux hommes pendant plusieurs semaines et plusieurs mois. Il faudra prendre toutes les précautions nécessaires. Le terrain est protégé. Les occupants ont installé des pièges. Il faudra les éviter et procéder doucement. Les gendarmes ne pourront pas intervenir par surprise. Il ne faut pas rêver d’une évacuation en deux heures. Ce n’est pas une scène de guerre mais l’opposition est très forte, les zadistes peuvent faire du harcèlement. Ce n’est pas un nouveau type de maintien de l’ordre mais l’adversaire a une détermination forte ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul