Rugy contre les gaz à effet de serre mais pour les gaz lacrymogènes

Par

Vendredi, l’occupation pacifique du pont de Sully à Paris a été violemment réprimée par les forces de l’ordre. Le ministre de la transition juge cette violence nécessaire face à des « manifestants très radicaux ». Le même jour, il se félicitait du vote par l’Assemblée de la loi énergie-climat – pourtant très timide –, qui fait selon lui « avancer la France dans la lutte contre le changement climatique ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Peut-on gazer des manifestants écologistes et en même temps déclarer l'urgence climatique ? « Oui, bien entendu », a répondu le gouvernement vendredi 28 juin.