Accusé de violences sexuelles, le patron de Happn quitte l’entreprise

Par , Hugo Boursier et Valentin Cebron

Dans une enquête de Mediapart, 70 actuels ou anciens salariés de l’application de rencontres Happn mettaient en cause le comportement de leur patron Didier Rappaport. Ils l’accusaient notamment de violences sexuelles, ce que l’intéressé dément. Son départ a été annoncé aux salariés mercredi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La célèbre application de rencontres Happn traverse une « véritable crise », selon l’un de ses salariés. En cause, la parution le 25 juin dernier de notre enquête révélant de graves dysfonctionnements au sein de cette entreprise française souvent présentée comme le « Tinder à la française », comptant une centaine de salariés et présente dans une quinzaine de pays.