Le magistrat Eric Alt blanchi par ses pairs

Par

Avant de quitter le ministère de la justice, Nicole Belloubet a discrètement classé la procédure disciplinaire visant le magistrat Éric Alt, vice-président d’Anticor. Mediapart a eu accès au rapport d’inspection qui le dédouane entièrement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quelques jours avant de quitter la Place Vendôme et de céder le poste à Éric Dupond-Moretti, le 6 juillet dernier, la ministre de la justice Nicole Belloubet a fait savoir aux hiérarques de la cour d'appel de Paris qu'elle ne saisirait pas le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) d'une procédure disciplinaire contre le magistrat Éric Alt, premier vice-président adjoint au tribunal judiciaire de Paris. Une décision prise en catimini par l’alors garde des Sceaux, un an après avoir tenté de faire taire ce magistrat, par ailleurs vice-président de l’association Anticor, en ordonnant à l'Inspection générale de la justice (IGJ) de s’occuper de son cas personnel.