Guillaume Meurice: «Les luttes sociales manquent d’humour»

Par

La satire a bien souvent dénoncé, de Lucilius à Coluche, les prétentions et les bassesses des forces politiques en place. La légèreté n’est pas l’ennemie du sérieux ; la parole humoristique peut, aiguisée, viser ou accompagner la prise de conscience transformatrice. Guillaume Meurice officie, tous les jours, dans l’émission radiophonique « Si tu écoutes, j’annule tout », entre billet d’humeur et micro-trottoir tirant à l’absurde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On a vu l’an dernier Daniel Mermet remercié de France Inter et, plus récemment, Aude Lancelin virée de L’Obs pour des raisons politiques. Avez-vous déjà été inquiété pour avoir tenu un discours « trop à gauche » ou restez-vous dans le cadre du « politiquement acceptable » ?