Procès Merah: l’avocat qui en faisait trop

Par

Me Dupond-Moretti a plaidé l’acquittement d'Abdelkader Merah. Pour le meilleur et pour le pire, le ténor du barreau a été l'un des personnages principaux du procès des tueries de Toulouse et Montauban. Au-delà de sa personnalité, son comportement pose une question : peut-on encore juger un homme accusé de terrorisme ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On est en droit d’être fatigué par les emportements à géométrie variable de Me Éric Dupond-Moretti, ses colères à répétition contre les institutions judiciaires, policière en particulier et tout ce qui n’abonde pas dans son sens en général. On doit éprouver le plus profond respect pour les victimes de Mohamed Merah qui ont témoigné, durant un mois d’audiences souvent bouleversantes, d'une grande dignité quand leurs débordements auraient été si compréhensibles. On peut éprouver les plus forts soupçons à l’encontre d’Abdelkader Merah, accusé glaçant dont les faibles dénégations ressemblent à tant de discours de djihadistes attrapés vivants.