Stéphane Sirot sur le mouvement social: «Face à l’inattendu, le pouvoir se cabre»

Contournement des syndicats, montée en puissance des mouvements spontanés : la mobilisation à la SNCF, portée par la vague « gilets jaunes », témoigne du retour de la « transgression » dans le combat social. Entretien avec l’historien Stéphane Sirot.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Les cheminots ont pris tout le monde de court, y compris leurs propres syndicats, en mettant une grosse pagaille à la SNCF, par l’exercice de leurs droit de retrait le 18 octobre ou la grève sans préavis quelques jours plus tard dans le technicentre de Châtillon. Ces méthodes, après une année marquée par le mouvement des « gilets jaunes », rappellent que la radicalité et la transgression sont de retour dans le mouvement social, face à un pouvoir qui n’a eu de cesse de décevoir les syndicats, même les plus réformistes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal